segunda-feira, 22 de maio de 2017

Orgasmo. Prazer ou calvário? (Quando o orgasmo faz mal) LE MONDE

Quand l’orgasme rend malade

@ Pixabay
Cela devrait toujours être un réel plaisir mais, pour certains hommes, c’est un vrai calvaire. Chez eux, chaque éjaculation s’accompagne de symptômes invalidants. « Pour un plaisir, mille douleurs », disait le poète François Villon.
Initialement décrit en 2002, ce trouble se traduit par l’apparition après un orgasme d’un cortège de symptômes pouvant persister plusieurs jours. Baptisé « syndrome de la maladie post-orgasmique », il vient d’être décrit pour la première fois par des urologues français chez trois hommes. « Le syndrome de la maladie post-orgasmique est une maladie rare mais probablement sous-diagnostiquée car encore méconnue », indiquent-ils dans un article paru en ligne le 18 avril 2017 dans la revue Progrès en Urologie.
Il y a quinze ans, deux médecins néerlandais, Marcel Waldinger et Dave Schweizer, rapportent le cas de deux hommes qui se sentent mal immédiatement après avoir éjaculé. Les symptômes surviennent que l’éjaculation ait lieu à l’occasion d’un rapport sexuel, d’une masturbation ou spontanément dans leur sommeil. Ce syndrome se manifeste par des symptômes pseudo-grippaux. Ces hommes se sentent légèrement fiévreux, ont « la tête embrumée » et ressentent parfois également des douleurs musculaires dans les bras et dans les jambes. Ils se plaignent également de difficultés de concentration et d’attention et sont d’humeur irritable. Ces symptômes ne disparaissaient qu’au bout de 2 à 7 jours et réapparaissent avec la même intensité à l’éjaculation suivante.
Critères diagnostiques
On recense une cinquantaine de cas de syndrome de la maladie post-orgasmique dans la littérature médicale dont 45 rapportés par le seul Pr Waldinger. Ce spécialiste a proposé cinq critères diagnostiques pour le Post Orgasmic Illness Syndrome (POIS). Premièrement, le patient doit présenter un des symptômes suivants : une sensation d’état grippal ou d’extrême fatigue, une faiblesse musculaire, un état fébrile ou une sudation, des troubles de l’humeur et/ou une irritabilité, des troubles de la mémoire et des problèmes de concentration, un discours incohérent, une congestion nasale ou un écoulement clair nasal, des yeux qui piquent. Deuxièmement, tous ces symptômes surviennent immédiatement (dans les secondes), rapidement (dans les minutes) ou dans les heures suivant l’éjaculation, que celle-ci soit provoquée par un coït, un acte masturbatoire ou survienne spontanément pendant le sommeil. Troisièmement, ces symptômes surviennent quasiment à chaque éjaculation, c’est-à-dire dans plus de 90 % des cas dans un tel contexte. Quatrièmement, la plupart de ces symptômes durent entre 2 et 7 jours. Cinquièmement, ils disparaissent spontanément. Si les symptômes sont variables d’un individu à l’autre dans leur nature, leur intensité et leur durée, ils sont relativement constants chez un même individu. Certains hommes peuvent ressentir une extrême fatigue et des picotements des yeux tandis que d’autres se plaignent principalement de problèmes de concentration et d’une irritabilité.  
On distingue le POIS primaire qui se manifeste dès les premières éjaculations durant la puberté ou l’adolescence, des cas secondaires débutant plus tard. Sur les 45 patients étudiés par le Pr Waldinger, 49% présentaient un POIS primaire. Chez 87 % de ces sujets masculins, les symptômes débutaient dans la demi-heure suivant l’éjaculation. Trois patients avaient fini par s’abstenir de tout rapport sexuel avec leur partenaire. Jusqu’à donc décider de ne plus jouir pour ne plus souffrir. Huit autres avaient décidé d’avoir une relation sexuelle que tous les 2 à 6 mois. Afin de minimiser les conséquences de difficultés d’attention et de concentration, certains patients en viennent à programmer leurs rapports sexuels afin que les symptômes qui s’en suivent, qui peuvent durer une semaine, n’influent pas trop sur leur travail ou leurs études. Tout cela témoigne du fardeau mental que représente le POIS. Autant dire la poisse en bon français.        
@ Pixabay
Reprenant les cinq critères diagnostiques établis par le Pr Waldinger, le Dr Frédérique Le Breton, le Pr Gérard Amarenco et leurs collègues du service de neuro-urologie de l’hôpital Tenon (Paris) ont identifié un syndrome de la maladie post-orgasmique, ayant débuté à la puberté, chez trois hommes âgés de 28, 29 et 37 ans. « L’un d’eux était divorcé. Cela a détruit sa vie de couple car il lui était devenu impossible d’avoir des relations sexuelles », me confie le Dr Le Breton.
« Chez ces trois patients, en dehors des crises, l’examen clinique neurologique et du périnée est strictement normal. Aucune anomalie n’a été détectée lors des investigations complémentaires, en l’occurrence les dosages vitaminiques, hormonaux et immunitaires. L’IRM cérébrale est normale. L’IRM de la moelle épinière également. Cet examen est motivé par le fait que l’éjaculation est contrôlée par le système nerveux végétatif. Celui-ci régule certaines fonctions automatiques de l’organisme. Ses centres se trouvent dans la moelle épinière. Les tests d’évaluation du système nerveux végétatif ne montraient rien d’anormal »,me précise le Dr Frédérique Le Breton.Le patient de 29 ans éprouve après l’orgasme une sensation de malaise, des difficultés de concentration, de la fatigue, une sensibilité exagérée au toucher, une baisse de la précision des mouvements, des maux de tête, un éblouissement à la lumière, une sécheresse de la bouche et des yeux, une sensation de lourdeur au niveau de l’œsophage et de l’estomac. Ces symptômes, qui surviennent 5 à 6 minutes après éjaculation, persistent entre 24 et 72 heures. Aucun traitement ne s’est révélé efficace. Ni les inhibiteurs de la recapture de la sérotonine (antidépresseurs), ni les benzodiazépines (anxiolytiques) n’ont eu d’effet.   
Le patient de 37 ans, présente dans 15 à 20 minutes suivant l’orgasme, des crampes des membres inférieurs, une irritabilité, un ralentissement psychomoteur, une fatigue, un écoulement de liquide clair par le nez, un larmoiement, des éternuements, des bouffées de chaleur, un excès de transpiration associé à une frilosité. Une efficacité partielle mais transitoire a été notée avec les divers traitements proposés (neuroleptique utilisé en psychiatrie dans les angoisses profondes, antihistaminique prescrit en cas d’allergie, anticholinergique utilisé dans la maladie de Parkinson, nicotinamide ou vitamine PP).
Le plus jeune patient, âgé de 28 ans, ressent, immédiatement après éjaculation, une somnolence, une torpeur, des difficultés de concentration, des crampes dans les jambes. Il se plaint également d’autres symptômes n’ayant jamais été rapporté chez des individus présentant un POIS : des troubles vésico-sphinctériens associés à une envie fréquente d’uriner, une difficulté à évacuer l’urine complètement de la vessie, un déficit de sensibilité du pénis lors des rapports sexuels. Chez ce jeune homme, tous les traitements proposés ont échoué (antihistaminique, alpha-bloquant ayant un effet relaxant sur le plan urologique, séances de relaxation).
Le Dr Frédérique Le Breton m’indique avoir diagnostiqué très récemment un quatrième cas avant d’ajouter : « Aucun traitement ne lui ayant réussi, ce patient s’est tourné vers l’hypnose ».
Marc Gozlan (Suivez-moi sur Twitter)
POIS : une origine encore débattue
@ torange.biz
Le syndrome de la maladie post-orgasmique (POIS) est reconnu aux Etats-Unis comme une maladie rare par les Instituts nationaux de la santé (NIH). Son origine est discutée : psychogène, hormonale, neuro-endocrinienne. Selon le Pr Waldinger, le POIS pourrait être dû à une réaction du système immunitaire de l’individu vis-à-vis de son propre sperme. Jusqu’à présent, une allergie au sperme n’a été rapportée que chez la femme. 
En 2015, le Pr Waldinger a rapporté la survenue de POIS avant et après stérilisation chez trois hommes. Dans l’hypothèse d’une réaction immunologique, l’antigène serait donc plus vraisemblablement associé au liquide séminal qu’aux spermatozoïdes dans la mesure où ces derniers ne sont plus libérés après stérilisation mais que le liquide séminal continue d’être produit par la prostate et les vésicules séminales. Selon cette théorie, des réactions immunologiques se produiraient lors des éjaculations à la faveur de contacts répétés entre des peptides du liquide séminal et les lymphocytes T circulants. Cela entrainerait une production de cytokines spécifiques (hormones produites par le système immunitaire) à l’origine de divers symptômes physiques et cognitifs. Selon le Pr Waldinger, le POIS serait donc une pathologie auto-immune. Ce médecin a observé un test allergique cutané positif en utilisant des échantillons de sperme extrêmement dilué (88 % des 35 patients évalués). Il a tenté chez deux patients une désensibilisation par des injections sous-cutanées de leur sperme (dilution 1/40.000) et dit avoir observé une amélioration de leurs symptômes. 
L’hypothèse immunologique n’est cependant pas retenue par des allergologues et urologues chinois (Peking Union Medical College Hospital) dont l’étude parue en 2015 dans le Journal of Sexual Medicine a porté sur un patient souffrant de POIS et trois individus normaux. Tous ont eu une réaction cutanée positive après injection de leur propre liquide séminal dilué, même si le sujet atteint de POIS a eu une réaction plus prononcée. Surtout, ces chercheurs rapportent ne pas avoir détecté d’anticorps (IgE) spécifiquement dirigés contre le sperme dans le sérum du patient atteint de POIS et des trois sujets sains contrôles. Ce résultat semble donc indiquer qu’une véritable allergie à son propre sperme n’est pas à l’origine du POIS.
Les médecins chinois évoquent une autre hypothèse. Ils font remarquer que les symptômes du syndrome de la maladie post-orgasmique ressemblent à ceux du syndrome de sevrage des opiacés, qui s’installe au moment de l’interruption des prises de drogues et qui est donc un indicateur d’une dépendance. Celui-ci comporte également des signes physiques et des symptômes psychologiques pouvant durer plusieurs jours. Le syndrome de sevrage aux opiacés s’accompagne de rhinorrhée (écoulements nasals), de larmoiements, de douleurs musculaires, de frissons, de crampes musculaires et abdominales. Les auteurs chinois font remarquer que les peptides opioïdes endogènes, petites molécules fabriquées par le cerveau, sont impliqués dans l’état affectif positif associé au comportement sexuel. Les peptides opioïdes endogènes et les récepteurs opioïdes sur lesquels ils agissent sont en effet présents en grand nombre dans les structures cérébrales contrôlant les circuits de récompense. D’où l’hypothèse que le POIS résulterait d’un trouble affectant une catégorie particulière de récepteurs  opioïdes (récepteurs mu). Selon les chercheurs chinois, un déséquilibre de la chimie du cerveau pourrait donc être à l’origine du POIS.   
Quant aux urologues français, ils privilégient l’hypothèse d’une dysrégulation passagère du système nerveux végétatif dans la mesure où l’éjaculation entraîne après l’orgasme un « orage végétatif » (activation majeure du système sympathique avec libération massive de noradrénaline) et que certains symptômes du POIS sont évocateurs d’un dérèglement global du système neurovégétatif (dysautonomie).
Quinze ans après sa description initiale, le syndrome de la maladie post-orgasmique garde encore une grande part de mystère. 
Pour en savoir plus :
Bignami B, Honore T, Turmel N, Haddad R, Weglinski L, Le Breton F, Amarenco G. Syndrome de la maladie post-orgasmique. Prog Urol. 2017 Apr 18. pii: S1166-7087(17)30069-6. doi: 10.1016/j.purol.2017.03.007
Serefoglu EC. Post-Orgasmic Illness Syndrome: Where Are We? J Sex Med. 2017 May;14(5):641-642. doi: 10.1016/j.jsxm.2017.03.250
Waldinger MD. Post orgasmic illness syndrome (POIS). Transl Androl Urol. 2016 Aug;5(4):602-6. doi: 10.21037/tau.2016.07.01
Sur le web :
Postorgasmic illness syndrome (National Institutes of Health, NIH, Genetic and Rare Diseases Information Center)

domingo, 21 de maio de 2017

Brasília... e a prostituta da Babilônia...




Brasília, traída e de ressaca, amanheceu coberta de desolação e de neblina. As torres do Congresso Nacional, lá pelas 6:00 da manhã estavam praticamente mergulhadas até o pescoço numa espécie de chuvisco. Quatro ou cinco caminhões e ambulâncias da policia estavam estacionados por lá, com as luzes piscando, na expectativa de que a população, de uma hora para outra, numa espécie de surto psicótico, com machados e foices, marchasse sobre aquele covil. Mas estavam profundamente enganados. Como hoje é domingo, todo mundo quis aproveitar melhor as quinze gotas de rivotril e dormir até mais tarde. De vez em quando alguém, um taxista, um porteiro, um burocrata que amanheceu caído por aí ainda se lembra dos milhões e milhões que se bandearam das contas públicas para as privadas... Mas logo desistem e, desiludidos, bocejam... Só o mendigo K, que também estava nos arredores do Palácio, se atreveu a filosofar sobre o assunto. 
Como a operação policial a que me refiro levou o nome de Patmos, ele a associou ao Apolicalipse e me perguntou: A quem, afinal, João Batista estava se referindo, quando falava da Prostituta da Babilônia?. Quando percebeu que eu não dominava o assunto, com cara de frustração mandou-me ler os capítulos 17 e 18 do Apocalipse... e arrematou: Bazzo, o mundo - queira-se ou não - é como um grande hospital onde os pacientes estão permanentemente querendo trocar de leito...

sábado, 20 de maio de 2017

A chamada operação Patmos e o golpe de mestre...

Para ouvir a música clicar no canto esquerdo da faixa...
















"<<Le soleil, la lune et les étoiles>> est le manifeste voicé de la résistance..."
(anônimo)

Ouvindo agora à noite mais atentamente aos noticiários sobre os acontecimentos políticos e surrealistas dos últimos três dias ficou mais do que evidente que os irmãos Batista, os dois goianos que de modestos açougueiros se transformaram rapidamente em dois milionários, deram um golpe de mestre no país: explicitaram o caipirismo de nossas instituições, destruíram a credibilidade dos três poderes e demonstraram, por A + B que se pode comprar qualquer consciência aqui nos trópicos, sejam elas de esquerda ou de direita, de cima ou de baixo, ignorantes ou intelectuais, religiosos ou ateus, beatas ou cortesãs, altruístas ou egoístas... Chegaram em seu jatinho cor de neblina, distribuíram montanhas de dinheiro a todo tipo de miseráveis e de aves de rapina, filmaram tudo dos ângulos mais humilhantes, foram na casa do Presidente da República depois que a noite já havia caído e lá, com um gravador no bolso enrolaram o número 1 da república, fingiram que iriam pagar 11 bilhões de multas ao judiciário, contaram intimidades escabrosas vividas em todos os salões e alcovas da pátria, tiraram sarro de um ou de outro ministro, de um ou de outro presidente, de um ou de outro candidato, mostraram planilhas de milhões e milhões de reais com um desprezo profundo, mostraram recibos, fotos, truques, notas falsas, falaram dos partidos e de seus integrantes como quem fala de putas e de bordéis de periferia e sempre com uma estabilidade emocional admirável. Por fim, um dia antes de entregar a fita que abalaria o governo, o ego e a moral de todos e que desencadearia o apocalipse, venderam as ações de seus açougues e investiram tudo em dólares, pegaram as malas, os filhos e as mulheres, mais uns dois quilos de pequi, foram para o aeroporto e decolaram para a América em seu jatinho cor de neblina, deixando por aqui, todo mundo de boca aberta e olhando envergonhados para as ruínas disto que Levi Strauss chamou de tristes trópicos...
Para ter sido um golpe ainda mais fantástico e ainda mais cinematográfico, só faltou, minutos antes da decolagem, terem aparecido na janela do jato, jogado uma ou duas malas de dólares e dado uma banana para todos os seus lacaios, tanto de esquerda como de direita.  Quê miséria!

Os energúmenos e a importância terapêutica dos palavrões...



"Porque, por mais que se faça e que se diga, ainda temos com o selvagem muito mais semelhanças do que diferenças..."
Sir James Frazer

O prefeito Dória, de São Paulo, um dos improváveis candidatos à Presidência desta pobre república diz ter ficado escandalizado e horrorizado com os palavrões usados por Aécio Neves, um senador de seu partido, nas gravações que os tiras fizeram clandestinamente dele. Tentei saber quais palavrões o ilustre senador havia usado nos diálogos com seus comparsas, mas foi impossível, pois a mídia, seus coroinhas, freiras, juristas e pastores haviam, em nome da "moralidade", da repressão e da "pureza de espírito", suprimido tudo. Pela quantidade de reticências dava para deduzir: merda, cu, bosta, caralho, porra, pica, escroto e outros que até as crianças de 2 anos já gritam por aí sem medo de abalarem os pilares da Opus Dei e de irem para o inferno. Enfim, para quem, além de comer pizza e de vasculhar a Bíblia e a Constituição, costuma ler alguma coisa, o moralismo do ilustre prefeito é muito mais brochante e cretino do que "las malas palabras" do ilustre senador. 
E por falar em "malas palabras", vale a pena ler o livro do psicanalista argentino, Ariel C. Arango, exatamente com este título e que foi traduzido no Brasil pela Editora Brasiliense como: Os palavrões. Nele, Arango indica o papel saudável e as virtudes terapêuticas dos palavrões e da obscenidade. Aliás, o próprio Lula, só sobreviveu até hoje porque sempre soube, com seu linguajar, apontar ao populacho e a seus eleitores a sua índole animalesca. E isto já lembrava Freud no prólogo que fez para o livro de um de seus seguidores: "Sem dúvida, o homem se sente envergonhado com tudo o que possa lembrar-lhe muito claramente sua índole animal..."
 Cito abaixo alguns pontos do livro de Arango. 
Entretanto, quem nasceu e cresceu lá no sul, no meio daquela italianada imigrante e de seus "porco dios"; "sacramentos"; "porca hóstia" e "porca madona"... nem precisa perder tempo com isso.

" Com quanta razão já se disse que a última coisa que o habitante do fundo do mar descobriria seria a água". p.12

"Da teta à pica; este é seu típico itinerário sentimental. A vida amorosa da mulher é mais complexa que a do homem. Só depois de ter gozado uma precoce intimidade homossexual com a mãe é que vai descobrir o pai..."p.35

"Todo escatológico é tabu. Por isso as palavras que mencionam coisas excrementícias têm que ser pronunciadas em surdina. Em tons abafados, quase indefinidos. As sonoridades claras, nítidas, fortemente descritivas que os "palavrões" suscitam são totalmente banidas. Na realidade os seres humanos civilizados formamos uma hipócrita confraria que faz de conta que os homens e mulheres que dela fazem parte não têm cu, não soltam peidos, ignoram o que é a merda ou a bosta e, é claro, nunca cagam..."p.41

"A igreja católica percebeu, justamente, esta sensação inversa entre a merda e a grandeza e desde o século X instituiu como parte do cerimonial no dia da consagração de um Papa a cadeira estercoral... p.43

"Os excrementos das grandes personalidades religiosas também foram alimentos muito apreciados. Noutros tempos comer a merda do Grande Lama do Tibet era uma consagrada forma de veneração... "p.48

"Por essa razão, o falar insosso e povoado de diminutivos (pipi, pintinho, tetinha, perereca, piriquita, bumbum, siririca e etc) que caracteriza muitos adultos (neuróticos) é sinal certo de submissão sexual... (...) Aliás "o cu, sem dúvida, sempre foi a linguagem da submissão..."p.55, 71

"A castração e a circuncisão são meras variações de um mesmo tema..."p. 78

___________________________________
Observação: Tendo em vista as fantasias e os desejos que a Janaína provoca, não farei nenhuma ironia com as manifestações carolas e beatas que ela tem expressado.





sexta-feira, 19 de maio de 2017